L'important c'est le voyage, pas la destination

vendredi, juillet 06, 2007

3981 kilometres plus tard...

30/06
Swift Current -Swift Current - 33 km
On s'offre une journe de repos, vent de l'ouest oblige. On en profite pour constater les degats causes par l'orage de la veille. Au terrain de camping, des employes, scie mecanique a la main, tente de retablir l'ordre parmi les arbres tombes. Ouf! Nous avons ete epargnes. Impossible de faire des visites, des pannes electriques ont provoquees des fermetures de plusieurs etablissements (muses, bibliotheque, etc.). La ville presente une sympatique piste cyclable que nous parcourons. Stephanie pense a Veronique: Bon anniversaire!!!

01/07
Swift Current -Piapot - 101 km
Alors que nous pedalons distraitement dans la plaine saskatchewanaise qui est loin d'etre ennuyeuse, deux cyclistes sans bagages nous rattrapent. La conversation s'engage et s'etendra pendant plus d'une heure. Finalement, on les laisse a leur ballade, plus rapide que la notre. Beaucoup de chevreuils, gophers, pies, trains, balles de foin, faucons et Oil Derricks. La journee est tres chaude, genre a ne pas faire d'activite physique ;-) On s'arrete dans une halte et celebrons avec les vaches et le train la fete du Canada, en buvant de l'eau. Eau Canada.

02/07
Piapot - Walsh (Alberta) - 72 km
Les paysages se font de plus en plus beaux et de plus en plus vallones. Un troupeau de cheveaux court autour d'un etang, laissant poliment passer une famille de canards. Une chevre se prend pour une jument, saurez-vous la trouver dans la photo? Le vent retrouve sa place, dans notre visage ;-) Hop, nous voila en Alberta. Ici, la carte de la province coute 2 dollars! Voila comment l'on devient riche :-( On campe pas tres loin, dans un camping desole ou l'on voit nos premiers cactus, un squelette de chevreuil et un formidable couche de soleil. On se couche a l'heure des cow-boys, pas tard, pas tard, pas tard...

03/07
Walsh- Suffield - 98 km
Las de lutter contre Eole, nous sortons de la tente a 6h00. 7h00, nous sommes en selle! L'avenir appartient a ceux qui se levent tot, c'est peut-etre parce que c'est a ce moment qu'il y a le plus de vie. Une demi-douzaine d'elans sautent des clotures, des bisons broutent paisiblement jusqu'a ce que nous les approchions, encore des cheveaux, des oiseaux que nous derangeons, leur nids etant bien pres de la route. On passe par Chapeau Magique (Medicine Hat) pour nous restaurer. Le thermometre depasse les 30 degrees. A Suffield, nous demandons l'autorisation de camper dans le parc municipal: accordee avec le sourire. Un autre couple de cyclistes de Montreal, habitant tout pres de chez nous, se joindra a nous. Aviva et Guillaume sont partis de Vancouver. On echange sur la route a suivre, le temps se raffraichit, dodo.

04/07
Suffield - Basano - 121 km
La canicule se poursuit. Le ciel est bleu. Enfin, le paysage des prairies dont l'on s'entendait s'offre a nous. Tres plat, horizon lointain, champs a perte de vue. Et la lune qui refuse de se coucher. Bien peu de villages ou d'arrets possibles pour un cyclistes. Heureusement que nous avions prevu eau et nourriture en quantite suffisante. A la fin de la journee, un camping a Basano aussi bruyant qu'occupe par des moustiques nous permet tout de meme de nous refaire des forces. Un journee de reveries dans des paysages de plaines.

05/07
Basano -Drumheller - 113 km
Lever tot, parti tot. Aujourd'hui, les paysages sont ceux des Teletubbies. Des vallons aux couleurs contrastes, surreels. Un cycliste nous fait la tete, car il a le vent contre lui, headwind nous dit-il. Notre nouvelle mascotte est enfin baptisee: Edwin (Head Wind)! On monte, on descend, aide par le vent. Le thermometre voulant exploser, 37 degres, on se depeche. A Drumheller, on descend une formidable pente parmi les HooDoos. Nouveau record de vitesse, 66 km/h. le camping est cher, 28.00$. On part au Royal Tyrell Museum, autant attires par ses dinosaures que sa climatisation :-) Ce fut une tres belle experience que nous avons etiree jusqu'a la fermeture, soit 21h00. Les pieces presentes sont hallucinantes, depassant l'imagination. Drumheller vaut le detour, meme pour des cylistes, parce que maudit que ca fait des pentes supplementaires, hein Robert! En soiree, on poursuit la tradition de pizza ou un fan de Capone nous prepare un monstre d'un kilo en nous racontant a sa facon l'histoire du coin.

3 Comments:

  • Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    By Blogger Philippe, at 11:31 a.m.  

  • Wow! Je n'imaginais pas que vous passeriez par Drumheller! Nous aussi on a beaucoup apprécié le Royal Tyrrel Museum, Jérôme en parle encore...

    Calgary arrive... Ensuite ce sera la cerise sur le sundae et les merveilleuses rocheuses. Je vous envie. Bonne route!

    By Blogger Philippe, at 11:31 a.m.  

  • Oh! Comme c'est beau, les badlands!
    Oh! Comme vous avex de beaux sourires!
    Comme Stéphanie a une belle jupe!
    Comme vous en avez de la chance!
    Et, comme vous allez en suer une shot dans les rocheuses... Oups...
    Dans le fond, je me considère chanceuse aussi... d'avoir juste la côte Sherbrooke et le Mont-Royal à grimper! hihihi

    Je vous embrasse tous les deux XX
    Sans rancune, hein! ;)
    Julie

    By Blogger JulieF, at 7:06 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home